Histoire du Jeûne

Histoire du jeûne

 

Quelle plus belle manifestation de la puissance du vivant que le jeûne ? À une époque où nous investissons des quantités d’argent et de temps pour élaborer des techniques thérapeutiques toujours plus complexes, des médicaments supplémentaires avec leur lot d’effets secondaires, le jeûne nous ramène à l’humilité et la simplicité de la nature guérisseuse. Or, le jeûne demeure encore trop ignoré et pas assez exploré pour ses bienfaits thérapeutiques. Ce sont grâce à des malades insatisfaits, des chercheurs aventureux, des expérimentateurs audacieux que petit à petit, le jeûne a été proposé comme un outil thérapeutique sérieux à inclure dans l’arsenal médical.

Remercions tous ces courageux et curieux explorateurs du vivant qui nous ont légué leurs connaissances sur le jeûne, malgré la défiance des sceptiques, les attaques des détracteurs et les persécutions de l’établissement médical.

 

L’histoire du jeûne : les pionniers

Edward Dewey & le JeûnePour commencer, citons le docteur Edward Dewey qui découvre à la fin du 19e siècle les pouvoirs du jeûne voyant son fils guérir d’une violente diphtérie par le jeûne. Il introduit alors auprès de ces passions, bien qu’il passe pour un homme dangereux auprès de ses collègues.

Henry tanner & le JeûneEn parallèle, le docteur Henry Tanner se débarrasse de ses rhumatismes, de ses problèmes cardiaques et gastriques en expérimentant un jeûne de 40 jours, de façon non préméditée. Il invite ensuite le monde médical à faire avancer la recherche sur le jeûne en proposant d’être suivi 24h/24 pendant 30 jours sans nourriture, afin de prouver qu’on en ressort vivant malgré les croyances.

 

Début du XXème siècle

Puis, au début du 20e siècle, l’histoire du jeûne se poursuit. Ce sont Bernard McFadden et Upton Sinclair qui vont tenter de faire reconnaître les bienfaits du jeûne, malheureusement en vain face à l’inertie du monde médical.

En parallèle, le médecin Guillaume Guelpa découvre que les patients guérissent quand ils perdent du poids et qu’ils seraient établissent plus vite encore s’ils poursuivent le jeûne avec un régime végétarien. C’est de cette observation qu’il développe le jeûne rythmé qui consiste à alterner 5 jours de jeûne et 5 jours de régime végétarien jusqu’à la disparition du taux élevé du sucre dans le sang pour contrer l’épilepsie et le diabète. Mais il ne trouvera aucun successeur à son travail.

Herbert SheltonC’est un peu plus tard que le jeûne obtient une portée plus importante grâce aux travaux de l’hygièniste Herbert Shelton avec son livre The Science and Fine Art of Fasting. Cet ouvrage reste encore une référence aujourd’hui, bien que ces travaux doivent être remis dans le contexte de l’époque.

George F. Cahill Jr. a entrepris aussi plusieurs recherches sur le jeûne ainsi que sur les processus cétogènes.

 

Pays du jeûne : l’Allemagne et la Russie

En Allemagne, Arnold Ehret, fondateur du vitalisme en diététique, écrit Rational Fasting, un ouvrage fascinant mais qui n’eut pas de grand retentissement.

En Russie le psychiatre Youri Nikolaïev traite plus de 7000 patients atteints de maladies psychiatriques par le jeûne. Plusieurs de ses élèves ont repris ces travaux et continuent de faire jeûner des milliers de patients en Russie. Aujourd’hui, c’est le docteur Sergueï Filanov qui diffuse la pratique du jeûne sec. Les résultats sont spectaculaires et attirent beaucoup de monde.

En France, deux grands noms ont mis en lumière les bienfaits du jeu : Albert Mosseri et Désiré Mérien.

Valter Longo et le jeûne

 

À l’international, c’est désormais Valter Longo de l’University of Southern California et là très réputée clinique Buchinger en Allemagne qui font avancer la recherche scientifique à ce sujet. L’histoire du jeûne continue …

 

L’INSERM

Pourtant, encore aujourd’hui, le jeûne est peu étudié par les scientifiques. Comment l’expliquer ? En 2014, le rapport d’expert de l’INSERM « Évaluation de l’efficacité de la pratique du jeûne comme pratique à visée préventive où thérapeutique » et conclue que « les études qui s’intéressent aux jeûnes en tant que pratique thérapeutique sont à ce jour encore peu nombreuses et leur qualité méthodologique est souvent insuffisante et surtout limitée par la dimension particulière du jeûne ». Par sa dimension spirituelle, l’état le classe dans le rang des médecines « holistiques » à risque de dérivés sectaires. Il est évident que dans toutes formes de pratiques (professionnelles, artistiques, etc.) des dérives peuvent existées. Il est donc nécessaire et responsable de s’assurer que les organismes qui vous accueillent et vous accompagnent ne soient pas teintés de ces dérives.

 

Le Jeûne : Définition

Il n’y a pas un jeûne mais des jeûnes, et autant de façons de les expérimenter avec des objectifs et des résultats différents. Quelle est donc la définition du jeûne et quelles sont ces différentes formes ?

Le jeûne est la privation volontaire, partiel ou total, de toute consommation d’aliments et/ou d’eau pendant un certain temps.

On parlera de jeûne hydrique lorsque l’eau est autorisée. Nous parlerons de jeûne partiel lorsque le sujet reçoit un apport calorique journalier très limité, comme la technique Buchinger. On parlera de jeûne sec lorsque le sujet n’ingère ni nourriture ni eau.

 

Mais le jeûne est bien plus que ça : c’est une explosion de vie en nous. Le jeûne, c’est véritablement la fête du vivant. La tempête de vie qui se déclenche en nous vient nous rappeler combien nous avons perdu l’habitude de jeûner. Nous sommes, en effet, saturés de sollicitations extérieures et de nourriture. Nous avons perdu la saisonnalité avec ces périodes de disette et nous avons oublié les jeûnes spirituels. Le jeûne nous rappelle combien nous oublions trop souvent cette vie intérieure.

 

C’est toutes ses dimensions là que nous abordons tout au long de nos accompagnements …

 

Les BIENFAITS du Jeûne

Les différents TYPES de jeûne à découvrir

Le jeûne LONGUE DURÉE

Nos SAVOIR-FAIRE

 

source : regenere