Bien préparer son jeûne

Comment bien préparer son jeûne

Vous vous apprêtez à jeûner et vous voulez savoir comment bien préparer ce jeûne ? Vous en avez simplement entendu parler et vous souhaitez en savoir davantage quant à la préparation « idéale » ?

 

Si le jeûne journalier intermittent peut s’intégrer facilement dans notre quotidien, le jeûne prolongé peut s’avérer plus difficile à intégrer et à tenir dans une routine de vie (manque de motivation, tentation, préoccupation, etc.). Nous allons décrire ici les grands axes d’une mise en route adéquate et partager plusieurs conseils, afin d’avoir le meilleur cadre pour jeûner :

Bien préparer son jeûne

Les conditions idéales pour jeûner

Jeûner en groupeLes jeûneurs en Ardèche - 29/02/20

Être avec un groupe de jeûneurs dans la même dynamique va faciliter la motivation et la réussite des objectifs. Vous pourrez vous encourager les uns et les autres ou encore partager des activités pour faire passer le temps.

 

Jeûner en étant suivi et accompagné

Il est toujours préférable d’être suivi et/ou accompagné par des personnes qui peuvent vous conseiller dans votre pratique, répondre à toutes vos interrogations, vous soutenir dans votre expérience, surveillez l’évolution de votre santé et vous apporter des soins, en cas de besoin.

 

Jeûne & NaturopathieJeûner en ayant une activité physique très modérée

Si vous voulez optimiser ce repos, il est préférable de ne pas dépenser l’énergie dans une activité physique. Toutefois, une balade ou une randonnée sera très appréciée pour la relaxation, le contact avec la nature et pour faire circuler un minimum les différents liquides du corps qui participent à la bonne circulation et au nettoyage. Pensez également à des exercices d’étirements où d’activités physiques douces telle que le Gi Gong, Yoga, etc.

Jeûner loin des soucis et du superflu

Physiologie et Phases du jeûne

Les autres sources de dépenses d’énergie sont le stress, la cogitation et la rumination mentale. Coupez-vous de toutes les sources de préoccupation (travail, journaux télévisés, téléphone, etc.).

 

Jeûner en associant des activités de relaxation profonde

N’hésitez pas à profiter du jeûne pour vous chouchouter : massage, sophrologie, marche en nature, méditation, exercice de respiration, etc. Les autres gestes interventionnistes à visée thérapeutique, tels les lavements, les purges ou les infusions de plantes devaient être limitées autant que possible, sauf si nécessaire.

 

Jeûner au chaudtypes de jeûne

Il vaut mieux éviter à l’organisme toute déperdition d’énergie inutile pendant le jeûne. C’est pourquoi il vaut mieux jeûner dans un environnement chaud. Jeûner en ayant froid solliciterait davantage d’adaptation au corps et donc une déperdition d’énergie. Exception faite avec le jeûne sec (jeûnes très courts) où il est même proposé de prendre un bain froid pour augmenter la thermogenèse du corps et accentuer la fièvre thérapeutique.

La Descente alimentaireDescente alimentaire

Avant d’entamer un jeûne, il est préférable de préparer son organisme en réduisant progressivement son alimentation et en améliorant la qualité de son contenu. C’est ce qu’on appelle la descente alimentaire.

Communément, elle devrait durer au moins deux fois la durée du jeûne envisagé. Cependant, si vous êtes un jeûneur ou une jeûneuse aguerri(e), trois jours à une semaine de descente alimentaire pour une semaine prévue de jeûne hydrique peuvent être suffisants.

 

Notez que la descente alimentaire est impérative pour toute personne qui a fait beaucoup d’abus et qui a eu de mauvaises habitudes alimentaires pendant de longues années. Au-delà de la descente alimentaire, il est même recommandé à ces personnes de passer à une alimentation plus saine, plusieurs mois avant d’envisager un jeûne.

De la même façon qu’avec une voiture, nous ne rétrogradons pas de la 6ème vitesse à la 1ère, d’un seul coup afin d’éviter de casser le moteur de notre chère voiture, nous devrions avoir la même logique pour notre organisme.

 

Voici les quelques étapes indicatives à suivre lors d’une cure d’une semaine (chaque étape peut être divisée par deux pour les plus aguerris) :

 

Étape 1

Dans les jours, voir les semaines qui précèdent le jeûne (selon sa durée), commencer par réduire, puis par cesser la consommation de substances telles que l’alcool, le café, le thé, les produits industriels transformés, le gluten industriel, les fritures et si possible le tabac. Prenez le soleil et entrez en contact avec la nature le plus souvent possible pour vous vitaliser.

 

Étape 2

(5 à 6 jours avant)

Au fur et à mesure que vous vous rapprochez du début du jeûne (5 à 6 jours avant), réduisez puis supprimez les protéines animales (viande, poisson et œufs) et les produits laitiers (beurre, crème fraîche, yaourt, fromage et lait). Commencez aussi à diminuer votre consommation de sel. À cette étape, privilégiez les légumes (cuits ou crus), les fruits, les céréales complètes (blé, boulgour, riz, quinoa, seigle, etc.), les légumineuses (haricot rouge et blanc, pois chiche, pois cassés, lentilles, etc.) et les oléagineux (amande, noix de Grenoble, noisette, etc.).

 

Étape 3

(3 à 4 jours avant)

Trois à quatre jours avant de commencer le jeûne, réduisez puis supprimez les céréales, les légumineuses et les oléagineux. Ils demandent plus de travail digestif que les fruits et les légumes. Ces derniers composeront majoritairement vos repas et ils participeront à vous apporter les minéraux nécessaires pour vous aider à supporter les effets cataboliques des jeûnes prolongés. N’hésitez pas à ajouter de l’eau de Quinton pour plus de minéraux. À ce stade, il est également bon de réduire progressivement les quantités consommées.

 

Étape 4

(1 à 2 jours avant)

Un ou deux jours avant, diminuez doucement les quantités. Vous pouvez également envisager une mono diète ou une journée de jus. Les bouillons et les compotes sont aussi les bienvenus.

La Remontée alimentaireRemontée alimentaire

Selon les méthodes, la rupture du jeûne peut être un peu différente. Le dénominateur commun est la nécessité d’une progression dans la réalimentation. En effet, le corps a subi de nombreuses modifications métaboliques. La sécrétion des enzymes digestives s’arrête avec un long jeûne. La fonction digestive est très ralentie. Le mucus qui protège l’estomac diminue en épaisseur. Il est donc nécessaire de se réalimenter de manière progressive afin de laisser au corps le temps de réadapter toutes ses fonctions à la nourriture.

 

Ainsi, l’absorption d’aliments solides, salés ou épicés peut provoquer des irritations et des occlusions intestinales ou pire encore. Absorber de l’alcool pendant les premiers jours de la période de réalimentation peut s’avérer très dommageable, voir pire encore. On se rappellera les accidents survenus lors de la réalimentation dans le cas de naufragés, déportés, etc., ayant subi de grandes privations.

 

La reprise alimentaire par étapes

Elle doit être donc conduite graduellement. Il faut le temps à l’estomac pour comprendre qu’il doit reproduire des sucs gastriques et enzymes. Aussi, il est conseillé de prendre des aliments très digestes et en faible quantité les tous premiers temps. Le « travail » du jeûne va alors se ralentir progressivement.

Le respect d’une durée de la réadaptation alimentaire est primordial. Il est recommandé qu’elle soit égale, au minimum, à la moitié du nombre de jours de jeûne pratiqué. Ainsi, pour un jeûne de 2 semaines de jeûne hydrique, il sera nécessaire de se réalimenter progressivement pendant au moins 1 semaine.

 

Si on se réfère aux travaux de Nikolaëv, il serait préférable de se réadapter par les liquides (jus de fruit et jus de légumes) dont on diminue progressivement la dilution. Néanmoins, nous ne recommandons pas, ni pratiquons une reprise au jus de fruits exclusivement. Dans le cas de jus que nous préparons, le jus d’un fruit est associé systématiquement à une importante quantité de légumes afin d’éviter les effets hyper/hypoglycémiant dérangeant pour vous et votre organisme.

On terminera les derniers jours en aliment semi-liquide. Les aliments solides ne seront consommés qu’à la fin de la réalimentation.

 

Ci-dessous, un exemple de reprise alimentaire de 3 à 4 jours, par étapes, pour un jeûne hydrique d’une semaine :

 

Premier jour

Matin :  ¾ d’eau chaude et ¼ jus de légumes à l’extracteur, de un à deux verres (13cl) selon la vitalité.

Midi :  ½ d’eau chaude et ½ jus de légumes, de un à deux verres (13cl) selon la vitalité

Soir :  ¼ d’eau chaude et ¾ jus de légumes, de un à deux verres (13cl) selon la vitalité

Deuxième jour

Matin : Jus de légumes concentré (à l’extracteur), avec au besoin un peu d’eau chaude pour le réchauffer (30cl) et selon votre vitalité.

Midi :  Bouillon de légumes chaud + persil cru émincé ou graines germées, un bol.

Soir : Potage de légumes chaud + persil cru émincé ou graines germées, un bol.

 

Troisième jour

Matin : velouté de pomme de terre auquel nous ajoutons au moment de servir le velouté, un œuf cru (sans le blanc), du persil émincé ou des graines germées.

Midi :  Purée de légumes et pommes de terre + 2 à 3 huîtres

Soir :  Purée de légumes et pommes de terre + beurre + poisson ou viande blanche

 

Quatrième jour

Midi : Crudités variées + purée de légumes + riz + 5 à 6 huîtres. Ou velouté de pomme de terre auquel nous ajoutons au moment de servir le velouté, un œuf cru, du persil émincé ou des graines germées.

Soir : Crudités variées + féculent (riz ou pâtes ou pomme de terre) + poisson ou viande blanche ou huîtres

 

Cinquième jour

Réalimentation « normale » avec intégration, idéalement, de vos nouveaux réglages alimentaires (rythmes et contenus).

 

Reprise alimentaire

De manière générale, privilégiez toujours une alimentation de qualité, la plus naturelle possible et évitez au maximum les produits transformés, raffinés et industriels.

 

Reprise alimentaire Marcon

Manger en conscience et mastiquer suffisamment pour vous assurer que votre système digestif soit dans les meilleures conditions pour assimiler l’ensemble des nutriments de votre alimentation. Manger un peu comme si vous deviez déguster un plat dans un restaurant gastronomique. Vous prendriez votre temps pour observer votre assiette, gouteriez les aliments séparés puis constitueriez par une bouchée parfaite pour sublimer votre palais. Enfin, vous mastiqueriez avec délice ce mélange de saveurs et de consistances … en conscience.

 

D’un point de vue holistique, faire un jeûne c’est faire le vide pour accueillir le nouveau… L’occasion de prendre un nouvel envol, de lâcher des choses qui ne vous conviennent plus et qui ne sont pas positives pour vous.

La période de reprise alimentaire permet vraiment de savoir ce qui est bon ou pas pour votre organisme et d’être à l’écoute de votre corps et ses ressentis.

 

Profitez de tout cela et commencer un nouveau chapitre de vie post « jeûne » sur de nouvelles bases, plus saines et meilleures pour votre santé afin de cheminer ou maintenir une hygiène saine, heureuse et durable …

Plus d’informations sur nos SAVOIR-FAIRE ? Retrouvez nos autres articles sur le sujet, ci-dessous :